2D attitude est l’association polynésienne du développement durable, reconnue d’intérêt général. L’efficacité économique, l’équité sociale et la préservation des ressources naturelles sont au cœur de son engagement. 2D attitude travaille dans la concertation, hors pressions commerciales, écologiques, politiques, religieuses ou syndicales.
2D attitude - Fa’ahotu i tō tātou Orara’a - Agir aujourd’hui pour préparer demain

Le site de 2Da est en cours de migration vers celui de Colibris.

Retrouvez-nous y
et découvrez aussi Alternatiba Tahiti ainsi que le site de covoiturage Tako.pf !

 
 
 

www.colibris-tahiti.org

www.alternatiba-tahiti.org

Sterne juvénile

Sterne juvénileLa Polynésie compte de nombreux oiseaux endémiques (c'est à dire uniques au monde). Beaucoup ont déjà disparu, du fait des colons polynésiens, puis des colons occidentaux. L’espèce à laquelle appartient cette jeune Sterne n’a rien à craindre. Il n’en est pas de même pour le Monarque de Tahiti ou le Martin-chasseur des Gambier, tous deux en danger critique d’extinction, qui ont en particulier à redouter les prédateurs introduits : rats noirs, chats, busards.

Le poussin présenté sur la photo est une toute jeune Gygis blanche (Gigys alba). Cette espèce pond généralement ses œufs à même la branche, sans faire de nid. Le nouveau-né est doté de griffes puissantes qui lui permettent de se maintenir sur sa branche natale. Il y restera jusquà deux mois environ.

La situation des oiseaux n'est pas brillante en Polynésie. Si l'air semble toujours plein de cris de ces volatiles, force est de constater qu'il s'agit la plupart du temps d'espèces récemment introduites, certaines étant même nuisibles. La Société d'Ornithologie de Polynésie Manu est une référence dans le domaine de la protection des oiseaux en Polynésie. Vous pouvez aussi consulter un excellent guide, "Oiseaux du Fenua" (2007), aux éditions Téthys.

Lire la suite...

Bénitier azur

Bénitier azur
Cet animal, le Pahua, dispose de bien des atouts pour qui sait l'exploiter tout en préservant les stocks. Adulte, c'est un met délicieux. Juvénile, il est très apprécié en tant qu'hôte d'aquarium (mais est-ce là un commerce bien durable ?). Dans tous les cas, son aquaculture est simple et, grâce à ses algues symbiotiques, il n'a besoin que de lumière pour croître, bien qu'il passe également son temps à filtrer l'eau, dans l'espoir d'y capter un peu de plancton.

Même s'il existe des atolls qui pullulent de bénitiers, il peut s'avérer sage de l'élever, soit pour le réimplanter dans des zones désormais exsangues de bénitiers, soit pour en faire la commercialisation. Le Service des Ressources Marines a initié un programme d'élevage de cet animal.

Lire la suite...

Une couronne d’épines à l’assaut du corail

TarameaCette étoile de mer, la Taramea, est une dévoreuse de corail. Des épisodes de surpopulation surviennent régulièrement, et disparaissent comme ils étaient venus ; on suspecte des déséquilibres de l'écologie lagonaire provenant des lessivages côtiers. Quand cela arrive, les campagnes de ramassage semblent bien inefficaces. Mieux vaut s'attaquer à l'origine du mal. On ne sait pas vraiment ce qui provoque ces explosions de populations. Cependant, on suspecte les résidus provenant de l'agriculture (engrais, ou peut-être pesticides), et la surpêche de ses prédateurs (le Pu, triton géant, par exemple).

Un seul individu peut détruire jusqu'à 6 m² de coraux par an. Un récif en en bon état peut supporter 20 à 30 Taramea par hectare.

Lire la suite...

Uru braisé

Uru (fruit de l'arbre à pain) braiséLe uru, fruit de l’arbre à pain, est un délice à consommer de nombreuses manières. Ici il est cuit dans de la braise. À partir d'une seule espèce, Artocarpus altilis originaire d'Indonésie, les Anciens ont sélectionné et cultivé de nombreuses variétés. Nulle part ailleurs dans le monde cet arbre n'a pris une telle importance dans l'alimentation.
En Polynésie, l’agriculture représente un chiffre d’affaire de plus de 18 milliards XPF, mais depuis la fin des années 1990, elle ne suffit plus à subvenir aux besoins alimentaires locaux, faute d’un développement suffisant des filières.

Lire la suite...

Coussin de requin

Coussin de requinLe « coussin de requin » est le surnom donné à cette étoile de mer, sans branches mais dont on devine bien la symétrie à cinq pointes. Il tient ce surnom sympathique de la consistance rugueuse de son tégument, qui ressemble vaguement à le peau rapeuse des requins...
C’est un carnivore redoutable (mais inoffensif pour nous !) qui se nourrit essentiellement de certains coraux branchus (les Acropora et les Pocillopora). On le trouve pratiquement dans l'ensemble du Pacifique, dans les lagons et les eaux coralliennes peu profondes.

Lire la suite...