DESERTEC, l'énergie des déserts... et bien plus...

  • Imprimer
Concentrateur de rayons solairesCe projet de 400 milliards d'euros (!) pourrait fournir jusqu'à 15% des besoins en énergie de l'Europe. Une vingtaine de compagnies allemandes s'apprêtent à lancer un immense chantier qui devrait voir l'installation d'usine à concentrateurs solaires dans les déserts nord-africains, et l'énergie ainsi produite acheminée jusqu'à l'Europe.
Une idée quand même moins stupide que d'installer des panneaux solaires en Allemagne...
Selon le Centre Aéronautique et Spatial Allemand (DLR), 0,3% des rayons lumineux éclairant le Sahara et les déserts du Moyen-Orient suffiraient à couvrir la totalité des besoins européens en énergie.

DESERTEC est une fondation qui supporte la mise en réseau d'énergies renouvelables à l'échelle de l'Europe et de l'Afrique du Nord réunis : entre autres le solaire thermo-voltaïque au Sahara, l'éolien géant sur les côtes ouest et nord des deux continents et la géothermie islandaise... Un gigantesque réseau interconnecté.

Le thermo-voltaïque solaire, c'est une technologie qui n'est ni comme nos chauffes-eaux solaires (qui produisent de l'eau mais pas d'électricité), ni comme nos panneaux solaires photovoltaïques (qui produisent de l'électricité mais avec laquelle on serait bien bête de faire de l'eau chaude).
Il s'agit donc d'une technologie où les rayons solaires sont concentrés sur un fluide caloporteur qui monte en température, fait bouillir de l'eau, qui entraîne une turbine à vapeur et génère donc de l'électricité.
Ce type de technologie est ininstallable en Polynésie. Il faut en effet des très larges surfaces planes, et surtout un ciel constamment - ou presque - sans nuages. Dans nos îles, à coup de nuages et de ciel bleus intermittents, les structures vieilliraient bien vite du fait de multiples baisses puis hausses quotidiennes brutales de température dans les structures.

DESERTEC
Surfaces nécessaires en thermo-voltaïque solaire pour alimenter les zones indiquées (il s'agit d'une vue de l'esprit, dans la réalité les usines seront dispersées).

Pour revenir au sujet DESERTEC, on peut estimer un bénéfice également potentiellement énorme en terme d'émissions de CO2... Certaines précautions devront cependant entourer ce projet, en particulier le fait que les pays africains doivent pouvoir profiter de retombées en terme de fourniture d'énergie bien  sûr, mais aussi de développement, comme l'a souligné le WWF.
Le Club de Rome et la Trans-Mediterranean Renewable Energy Cooperation (TREC) supportent tous les deux le concept DESERTEC qui permettra de mettre à profit la technologie et les énergies du désert au service de la sécurité énergétique, de l'eau et du climat. Des pays tels que l'Égypte, l'Algérie, la Jordanie et le Maroc ont montré un vif intérêt à cette coopération.
On pourrait aussi rappeler à ce sujet les déclarations du Président français SARKOZY sur une Union méditerranéenne...