2D attitude est l’association polynésienne du développement durable, reconnue d’intérêt général. L’efficacité économique, l’équité sociale et la préservation des ressources naturelles sont au cœur de son engagement. 2D attitude travaille dans la concertation, hors pressions commerciales, écologiques, politiques, religieuses ou syndicales.
2D attitude - Fa’ahotu i tō tātou Orara’a - Agir aujourd’hui pour préparer demain

Le site de 2Da est en cours de migration vers celui de Colibris.

Retrouvez-nous y
et découvrez aussi Alternatiba Tahiti ainsi que le site de covoiturage Tako.pf !

 
 
 

www.colibris-tahiti.org

www.alternatiba-tahiti.org

Impacts du dérèglement climatique en Polynésie

Dérèglement climatiqueOn entend plutôt parler du "réchauffement climatique (global)" mais ce serait faire offense à la complexité de la machinerie géo-bio-climatique. Sans jouer sur les mots, des auteurs utilisent un terme descriptif plus juste, qui est celui que nous utiliserons ici : le dérèglement climatique.

Voyons ce qu'il en est (et sera) de certains de ses effets en Polynésie.

Le dérèglement climatique est susceptible d’engendrer essentiellement cinq phénomènes en Polynésie (voir tableaux ci-dessous), à partir d’une seule et même origine : le rejet de CO2 dans l’atmosphère lorsque l’on brûle du pétrole, du charbon, du gaz ou que l’on utilise de l’électricité fabriquée à partir de ces produits. Les sources en sont donc innombrables : voitures, usines fabriquant de l’électricité ou des biens, feux de bois, etc.). Ce sont bien évidemment les pays industrialisés qui polluent (États-Unis d’Amérique, Union Européenne, Chine, Inde) mais aussi les pays qui consomment beaucoup de biens industrialisés ! En Polynésie, notre mode de consommation de biens et d’énergie ressemble à celui des pays européens. Et donc, ramené à une pollution par habitant, nous avons un impact équivalent à celui d’un Européen. Ainsi, même s’il s’agit d’une pollution globale (provenant de nombreux points à l’échelle de la planète), nous avons notre part de responsabilité : nous sommes un des « porteurs de goutte de CO2 » qui doit être enlevé du « gros vase planétaire » que nous avons tous fait déborder…

{moshide hidden Voir tableau Acidification des océans|Cacher tableau Acidification des océans}

Phénomène Acidification des océans
Origine Le CO2 que nous rejetons dans l’atmosphère se dissout dans l’eau en l’acidifiant légèrement.
Impact global Perturbe puis empêche la calcification des organismes à squelette calcaire (coraux, coquillages), même sur la pente externe du récif et en profondeur.
Impact sur l'écosystème ? perturbation corail ? mort corail ? dérèglement de l’ensemble de la chaîne alimentaire et de la bioconstruction du récif.
Comportement dans le temps Physique ; inexorable et régulier.

{/moshide}

{moshide hidden Voir tableau Élévation de la température des eaux|Cacher tableau Élévation de la température des eaux}

Phénomène Élévation de la température des eaux
Origine Le CO2 que nous rejetons dans l’atmosphère s’y concentre et, en résumant, empêche la chaleur venue du Soleil de repartir vers l’espace : c’est l’emballement de l’effet de serre. Toutes les « enveloppes » (air, mer, terre) de la planète se réchauffent.
Impact global Le corail vit en Polynésie pratiquement à la limite de sa température de survie en été autral (30°C). Au-delà, il est perturbé (il « blanchit ») et enfin il meurt. Agit aussi sur la pente externe du récif.
Impact sur l'écosystème ? perturbation corail ? mort corail ? dérèglement de l’ensemble de la chaîne alimentaire et de la bioconstruction du récif. D’une manière générale, de nombreux autres espèces souffrent quand la température de l’eau devient trop forte, les lagons étant entre autres moins bien oxygénés.
Comportement dans le temps Climatique ; inexorable mais irrégulier (évolution chaotique suivant les années).

{/moshide}

{moshide hidden Voir tableau Montée des eaux océaniques et lagonaires|Cacher tableau Montée des eaux océaniques et lagonaires}

Phénomène Montée des eaux océaniques et lagonaires
Origine Phénomène dû d'une part à la dilatation des océans à cause de l’élévation globale de la température terrestre (l’eau prend en effet plus de place quand il fait plus chaud) et d'autre part à la fonte des glaciers continentaux (Groënland, Antarctique, glaciers de montagne, etc.)
Impact global Problème économique important en zone urbaine à Tahiti : aéroport, magasins, entreprises, écoles, etc. : tout cela est en plaine, dont une bonne partie en bord de mer.
Impact sur l'écosystème ? submersion progressive du récif barrière ? attaque du trait de côte ? emport de terre venant du rivage vers le lagon (ce que supportent par ailleurs très mal les coraux du lagon).
Comportement dans le temps Physique ; inexorable et régulier, désormais amplifié par la fonte des glaces continentales (glaciers d'altitude, Groënland, Antarctique), ce dernier phénomène étant encore mal estimé (et non contenu dans le dernier rapport du GIEC), sauf pour les glaciers.
Notes Il s’agit d’un phénomène qui génère beaucoup de phantasmes, même si à long terme il s'agit bien évidemment d'un impact majeur. Aujourd'hui, il a tendance à occulter  des impacts plus « immédiats ». Par ailleurs, ce n'est pas l'impact sur les atolls qui s'avère le plus inquiétant (à l'exception de la perte probable de leur lentille d'eau douce), mais bien celui sur les plaines des îles hautes comme Tahiti, île où se concentre la très grande majorité de la population et des infrastructures du pays.

{/moshide}

{moshide hidden Voir tableau Perturbation des courants océaniques mondiaux|Cacher tableau Perturbation des courants océaniques mondiaux}

Phénomène Perturbation des courants océaniques mondiaux
Origine Liée au réchauffement de l’atmosphère et des eaux. Note :  ces courants distribuent la chaleur, le froid et les nutriments, ce qui à son tour détermine entre autres la présence d'algues microscopiques : le phytoplancton.
Impact global Dérèglement de la distribution des eaux marines circulant sur toute la planète et donc du phytoplancton, base essentielle de la vie marine.
Impact sur l'écosystème ? perturbation de la chaîne alimentaire ? perturbation de la pêche hauturière.
Comportement dans le temps Climatique ; Inexorable et irrégulier (évolution chaotique suivant les années). Très difficile à prévoir.

{/moshide}

{moshide hidden Voir tableau Phénomènes cycloniques perturbés|Cacher tableau Phénomènes cycloniques perturbés}

Phénomène Phénomènes cycloniques perturbés
Origine Liée au réchauffement des eaux marines de surface. Un cyclone se forme en effet quand la température de l'eau de surface est élevée.
Impact global Inconnu dans le Pacifique où on n’enregistre pas pour l’instant d’augmentation du nombre de cyclones ; Mais dans les Caraïbes, en 20 ans on a observé une multiplication par 20 du nombre de gros cyclones (catégories IV et V). Il est cependant possible qu'à l'avenir cela ne soit plus vrai car la température de l'atmosphère s'élevant aussi, les conditions de formation deviennent plus rares, ou moins amples.
Impact sur l'écosystème Destruction en particulier des récifs lagonaires. Ce phénomène est gérable par les récifs en fonction de la périodicité du phénomène. Si cette périodicité devient trop importante, les capacités de régénération du récif diminuent. Il faut cependant signaler que les cyclones ont aussi un rôle fortement bénéfique en agisssant comme une sorte de "soupape" du climat : plus de cyclones, c'est aussi plus de régulation...
Comportement dans le temps Climatique ; pas de précédent dans le Pacifique, mais irrégulier (évolution chaotique suivant les années). Très difficile à prévoir.

{/moshide}

En résumé

  • Impact en terme de « fourniture de services de l’écosystème lagon » dont on connaissait jusque là assez bien les capacités pour nous nourrir et pour protéger nos côtes dans les îles hautes. Ces capacités vont diminuer, mais il est encore difficile de dire à quel point. Avec un écosystème dégradé, on bascule en effet aussi dans l’inconnu et le non prévisible (ou du moins beaucoup moins prévisible). Dans tous les cas, le simple fait de savoir que l’on a réussi à faire cela doit nous faire réfléchir sur notre manière de nous développer… Impact sur le tourisme, évidemment, mais à ce niveau là, cela deviendrait presque secondaire…
  • Impact sur les écosystèmes terrestres assez mal connu. Les basses latitudes connaîtront peu d’augmentation de température, au contraire des hautes latitudes. En Polynésie, c’est la modification de la courantologie marine dans le Pacifique Sud qui aura probablement le plus d’impact (et donc une augmentation des températures marines, plus que les températures terrestres).
  • Coexistence de phénomènes physiques, réguliers, et d'autres climatiques, irréguliers. Les seconds peuvent être dévastateurs, car une année les conditions peuvent dépasser nettement les capacités de résistance de l'écosystème ; et même si l'année suivante s'annonce par contre clémente, cela pourra difficilement favoriser la croissance de coraux... morts en masse l'année précédente.
  • Ces phénomènes s'amplifient mutuellement : il n'y a pas addition des dommages, mais multiplication, par effet de synergie.

Que faire ?

  • Une chose est sûre : un lagon en bonne santé résistera mieux qu’un lagon déjà soumis à une pression importante de la part des activités humaines. Il est donc indispensable de veiller à continuer à protéger le lagon, c'est-à-dire à ne pas le polluer par nos déversements d’eaux usées, de rivières polluées, de produits provenant de nos industries alimentaires, ou de nos produits chimiques.
  • Par ailleurs, il faut que la politique polynésienne en manière énergétique vise à diminuer de façon majeure nos émissions de CO2. Ce n’est pas parce que c’est un phénomène global que nous devons faire comme si nous étions étranger au phénomène : nous en sommes coresponsables. Nous devons participer à l’effort mondial car nous sommes aussi, individuellement, de gros producteurs de CO2. Cela passe évidemment par les énergies renouvelables, mais surtout par la diminution du nombre de voitures sur les routes (de vrais transports en commun donc) et aussi d'une manière générale par la recherche de l'efficacité énergétique : on peut souvent faire la même chose avec moins d’énergie ! Par ailleurs,  il est temps d’engager des modifications de notre mode de consommation : chaque produit importé en Polynésie a consommé beaucoup d’énergie pour être construit et transporté et a donc émis beaucoup de CO2 !
  • Nous devons aussi porter à la connaissance du monde les effets majeurs pour nos économies insulaires que ce dérèglement climatique a sur nos écosystèmes. Il faut donc localement renforcer le suivi et la recherche pour alerter les politiques locales et mondiales de développement.

 

Taux de CO2 atmosphérique depuis 800 000 ans

Retrouvez dans cette animation très didactique réalisée par la National Oceanic and Atmospheric Administration le taux de CO2 atmosphérique auquel est désormais contraint le climat de la Terre, en comparaison avec les 800 000 dernières années, recouvrant donc des périodes froides (glaciaires) et chaudes (interglaciaires).
 

Service de l'Énergie

Service de l'Énergie
Le site du Service de l'Énergie et des Mines de Polynésie française présente les orientations du Pays en matière énergétique.

> visiter le site

Les Énergies de la Mer

Les Énergies de la Mer
Le blog des Énergies (renouvelables) de la Mer fait une veille des informations sur le sujet des énergies marines.

> visiter le site

Jean-Marc JANCOVICI

Jean-Marc JANCOVICI
Jean-Marc JANCOVICI présente sur son site de manière claire et détaillée les vrais enjeux et échelles de notre consommation énergétique.

> visiter le site